Récits de recherches

De l’Europe à l’Afrique : recherches généalogiques

C’est lorsque j’étais photographe que j’ai rencontré Sophie et à l’époque évidement, je ne connaissais pas ses racines familiales. Nous avions alors fait des photos des enfants de sa famille, les descendants, et cette fois j’ai travaillé sur les anciens, les ascendants. Des recherches généalogiques qui m’ont menée de l’Europe à l’Afrique.

carte-monde-origines-europe-afrique-nord1

Un démarrage rigolo

Comme toujours, je démarre avec les informations que me transmet Sophie sur elle-même, ses parents et ses grands-parents. Déjà là, quelques doutes sont présents. On plaisante sur le fait que la famille de Sophie n’est pas sûre du prénom d’une grand-mère ! En effet, nos ancêtres sont nombreux à en changer, je l’ai souvent remarqué en consultant les recensements de population par exemple. Et parfois, ce « faux » prénom se retrouve jusque dans un acte de décès et sur une pierre tombale. De quoi brouiller les pistes !

Le papa de Sophie est né en Algérie, sa maman en France. Après avoir fait les vérifications de base sur les premiers éléments, je commence par les recherches généalogiques en France. D’une branche à l’autre, j’explore de nouveaux territoires sur lesquels je n’avais encore jamais travaillé. J’aime ces moments où je découvre des communes, leur situation géographique, leur population à un instant T…

L’Europe et les origines françaises

A travers le 64 et le 65

Sur l’une des branches, me voici à faire mes recherches généalogiques dans les départements 64 et 65, Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées. Ne me jugez pas, mais quand je trouve une mention d’une naissance dans la ville de Nay (64) je ne peux pas m’empêcher de rire toute seule : « Vincent est né à Nay !! ».

vue-ancienne-ville-nay-pyrenees-atlantiques

Les Pierre et les Jean de cette branche sont cultivateurs. Je trouve des métiers plus originaux avec Vincent le sabotier ou Bertrand le chiffonnier.

En route pour la Drôme, ou presque

La deuxième branche française est exclusivement dans la Drôme, pour les naissances en tout cas. Deux parents et leur fille ont eu l’audace d’aller vivre un peu plus loin dans le département du Rhône, et leur décès ont eu lieu là bas.

C’est d’ailleurs l’une des familles qui a attiré mon attention et m’intrigue. Exactement le genre de personnages dont j’aimerais approfondir l’histoire pour en savoir plus en poursuivant mes recherches généalogiques.

Casimir né en 1851 à Treschenu et sa femme Marie née en 1859 à Creyers. Il a 27 ans et elle 19 quand ils se marient. Je trouve plusieurs mentions de leur métier de cultivateurs dans les premières années après leur mariage. Je n’ai pas spécialement fait de recherche pour retrouver tous leurs enfants car cela ne faisait pas partie de ma prestation pour Sophie, mais on peut supposer qu’ils en ont eu plusieurs.

Puis, ils partent vivre à Lyon et exercent le métier de laitiers. Gros changement d’environnement ! Lui décède à 61 ans à l’aube de la première guerre mondiale et sa femme lui survivra pendant 18 ans.

Vous imaginez tout ce qu’ils ont vécu comme bouleversements de la société ? Leur histoire détaillée serait j’en suis sûre, passionnante à découvrir !

laitiers-lyon-1900

Le reste du monde

Des recherches généalogiques en Algérie pour trois générations

Me voilà à présent à rechercher les ancêtres du côté paternel de Sophie. Son papa est né à Oran et c’est en fait ses parents et ses grands-parents que je retrouve en Algérie. Evidement je me demande si ces algériens sont d’origines espagnoles mais je dois d’abord approfondir ces ancêtres là.

carte-ancienne-algerie-oran

Un papi qui a divorcé puis s’est remarié, un mécanicien, la naissance d’Antoinette légitimée seulement quatre ans plus tard, un employé des Postes… voilà les quelques petits faits dont je trouve mention. C’est assez banal, mais ce sont justement ces petits détails qui viennent donner un peu de vie à ces noms et ces dates sur l’arbre généalogique de Sophie.

Oran, Sidi Bel Abbes, Sainte Barbe du Tlélat… des noms de villes qui donnent des envies de voyages, non ?

Et tout d’un coup, à la quatrième génération au dessus de Sophie, me voici face à plusieurs nationalités différentes ! Dans les dossiers de mes clients, selon la pertinence, j’inclus un arbre généalogique que je colorise selon les pays ou les départements français de naissance. Celui de Sophie est donc partagé en deux : un côté maternel français, un côté paternel multicolore. Ca le rend très joli ! Le voici ci-dessous, sans aucun détail pour respecter la vie privée des descendants encore vivants. En bleu, la France. En vert l’Algérie, en jaune l’Espagne, en rouge l’Italie et en orange la Suisse.

arbre-colore-origines-familiales-europe-afrique-nord
Les recherches généalogiques pour les espagnols

D’abord, les espagnols. Ma théorie s’est donc bien vérifiée. Sur la branche paternelle de son papa, certains ancêtres de Sophie sont arrivés en Algérie à des dates différentes, mais finalement ils sont tous espagnols.

Son arbre généalogique prend une autre dimension… Je trouve plusieurs mentions de naturalisations et les prénoms de la dernière génération recherchée sont Vicente, Esteban, Jayme, Juan puis Vicenta, Maria, Josefa et Francisca.

Jayme est l’un de ces ancêtres qui attire mon attention. D’abord parce qu’il est noté se prénommant « Jacques » sur l’acte de naissance de l’un de ses fils. Puis parce que j’ai eu énormément de mal à comprendre le nom de sa femme Josefa Giner, que j’ai trouvé écrit Jinaire, Gines, Ginis, Issaire… et qui elle-même se faisait appeler « Jeanne ». Et enfin parce qu’il a eu une seconde épouse, prénommée Juana.

Il a eu cinq enfants avec Josefa puis trois avec Juana. Ma prestation ne comprenait pas les recherches pour savoir ce qu’ils sont devenus, mais j’aimerais beaucoup partir à la découverte de leurs aventures et détailler l’histoire de Jayme !

La branche de la grand-mère paternelle de Sophie est semblable, je retrouve mes marques puisque ce sont aussi des espagnols. Là encore, arrivés en Algérie à des dates variées. Ici, c’est Léoncio qui attire mon attention.

Sur son acte de mariage, les parents de Léoncio  sont « non nommés ». Il a en fait été « trouvé » le 13 janvier 1869, à Elche, en Espagne. C’est un peu rude comme terme… j’ai le même sur l’acte de naissance d’un de mes ancêtres, le premier à avoir porté mon patronyme.

A 30 ans, il se marie à Oran avec Josefa, qui a environ cinq ans de moins que lui. Ils en profitent pour légitimer leurs trois enfants, qui ont déjà 7, 4 et 1 ans. Ce sont deux filles et un garçon, tous nés à Oran. A peine un an et demi après ce mariage, Léoncio décède à Dakar, au Sénégal, à l’Hôpital Colonial et on apprend qu’il était fabriquant d’espadrilles. Seulement 31 ans. Qu’était-il allé faire là-bas ? Comment cet orphelin est-il arrivé en Algérie depuis l’Espagne ? Tant de questions…

Son fils décède la même année alors qu’il n’a même pas deux ans. Ses deux filles, elles, vivent leur vie. Je les retrouve inhumées ensemble, dans une petite ville de Haute-Garonne, liées pour toujours.

Leur papa Léoncio n’attise pas votre curiosité à vous aussi ? Parmi tous les ancêtres que j’ai retrouvé pour mes clients, il est celui qui est décédé le plus loin de son lieu de naissance, 3878km selon Google !

distance-elche-dakar
La branche la plus mixte de l’arbre généalogique

Dernière branche restant à explorer : au dessus d’Emile. Cette fois, nous voici parti en Italie, à la découverte de Santino, Catarina, Michele et Maria ! Malheureusement, je retrouve peu d’actes d’Etat Civil, ou alors en mauvais état, mais je parviens à identifier tous les ancêtres. Je me retrouve donc avec des Italiens venus en Algérie, dont les enfants sont partis en France.

vue-ancienne-bolzaneto-italie

Michele est l’exception, son acte de décès nous dit qu’il est né à Lausanne, en Suisse. Nous sommes là sur la dernière génération incluse dans ma prestation pour Sophie, mais cela donne envie de savoir qui étaient ses parents n’est-ce-pas ? Peut-être des italiens aussi, et la naissance de Michele en Suisse est un peu un hasard… ou ces italiens sont peut-être originaires des Balkans, comme c’est le cas pour les ancêtres de Caroline que je recherche actuellement (vous pouvez suivre ces recherches généalogiques sur Instragram). Mystère…

Quelques implexes par-ci par-là

Un implexe est la particularité d’un arbre généalogique où l’on retrouve plusieurs fois le même ancêtre sur des branches différentes. Cela peut s’apparenter à de la consanguinité, mais ce n’est plus le cas au-delà de plusieurs générations et quasiment toutes les familles en ont au moins un.

Sur l’arbre de Sophie, c’est à trois reprises que des patronymes identiques reviennent, sur des branches différentes. Comme cela se situe dans les mêmes villages, ou proches, il est probable que ces gens là soient apparentés plusieurs générations au dessus ce ceux que j’ai identifiés.

Par exemple, un couple qui se marie en 1837 dans la commune de Ravel-et-Ferriers dans la Drôme. Je découvre sur leur acte de mariage que les deux mamans ont le même patronyme. Nous sommes dans une toute petite commune, il y a donc fort à parier qu’elles sont apparentées. Il n’y a qu’en continuant à remonter la généalogie de Sophie que nous pourrions avoir l’information. Cela donne envie de chercher !

arbre-genealogique-original-roue-rondin-deco-salon

En quelques chiffres

Si on exclu les parents inconnus de Léoncio, j’ai donc pu identifier tous les ancêtres de Sophie sur les cinq générations au dessus d’elle, soit 61 sur 63. Parmi eux, 18 ancêtres pour qui j’ai trouvé les trois actes d’Etat Civil principaux, à savoir naissance, mariage et décès

Sont mentionnés :

  • 5 pays
  • 5 départements français
  • 20 communes françaises
  • 9 communes étrangères

Les ancêtres les plus jeunes à leur décès

  • Léoncio, 31 ans
  • Esteban, 44 ans
  • Marie, 48 ans

Les ancêtres les plus âgés à leur décès

  • Marguerite, 89 ans
  • Rose, 82 ans
  • Jean, 81 ans

La date de naissance la plus ancienne sur cet arbre : Jean, né le 17 décembre 1811

Et bien sûr le décès le plus loin de son lieu de naissance, c’est Léoncio, avec 3878 km

temoignage-sophie-recherche-originies-familiales-afrique-nord-europe

Si ce récit de recherche vous a donné envie d’en savoir plus sur vos ancêtres, n’hésitez pas à me contacter, nous verrons ensemble les différentes prestations que je propose.

Aurélie a fait un travail de recherche hyper complet et instructif sur ma famille. Elle a apporté des détails que je n’aurais peut-être pas eu en faisant la démarche moi-même. Elle apporte vraiment un œil et une rapidité de résultat impressionnante.
Je suis ravie de sa prestation.

Extrait du témoignage de Sophie, à lire en entier sur la page des témoignages clients

62 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *