Réflexions

De la photographie à la généalogie, exploration de la famille

Avant de débuter cette activité de généalogie, j’ai eu une autre vie. Oui, il y a eu celle dédiée à l’architecture, mais je veux plutôt vous parler de celle dédiée à la photographie. De 2010 à 2018 j’ai immortalisé des centaines de familles, de couples, de femmes enceintes. Les quatre premières années, j’ai même réalisé une soixantaine de reportages de mariage.

materiel-photographe-mariage-otulouse-aurelie

La photographie de famille naturelle, un vrai choix

Ma manière de faire avec les enfants était très spontanée, il m’est donc arrivé de livrer à mes clients des photos de leur petit qui boude ou qui a un doigt dans le nez. Parce que c’est ça, la vraie vie ! Mon objectif était de « laisser faire et laisser être ».

photo-enfants-naturelle

Etre photographe de famille : une mission

L’autre objectif de ces photos de famille, on pourrait même dire la mission que je m’étais donnée, c’était de créer le patrimoine photographique de mes clients. Maintenant que le temps à passé, que j’ai photographié mes premiers clients il y a plus de 10 ans, je me dis que les choses ont changé pour eux. Les enfants ont grandi, c’est une évidence. Mais les tenues vestimentaires des parents ont évolué par exemple. Et je suis heureuse d’avoir pu leur permettre de garder une trace de cela. La coiffure de la petite dernière, les chaussures de l’époque, les frères qui ont deux ans d’écart mais font la même taille…

Cet effet est amplifié quand je pense aux photos que j’ai faite au domicile de mes clients. Elles témoignent encore plus de leur environnement du moment : la décoration, le mobilier, la couleur du canapé, l’aménagement du jardin… Tout cela a peut-être changé chez eux, ou même ils ont déménagé, mais les photos sont là pour le leur rappeler. C’était eux, à cet endroit, à ce moment là.

photo-famille-jardin-noir-et-blanc-souvenir-enfance

Quels souvenirs pour les générations futures ?

Aujourd’hui je me dis souvent que ce sont des éléments que j’adorerais avoir pour mes ancêtres. Les recherches généalogiques nous aident à retrouver certains détails, mais on en sait si peu, surtout au XVIIième et XVIIIième siècle. On est content quand un monsieur a signé son acte de mariage, même d’une écriture majuscule toute tremblante, car ça nous donne une petite trace de vie, toute petite. Imaginez si on avait des photos de sa maison ou de son chapeau préféré !

Si vous avez envie que je recherche vos ancêtres pour vous, contactez-moi, il me faut 2 à 6 mois de travail pour vous présenter un arbre généalogique.

signature-xenophane

Faites des photos de famille !

Les générations futures, elles, auront ces ressources à disposition. C’était ma mission de photographe et si aujourd’hui je n’exerce plus cette activité pour les familles, je ne peux que vous encourager à faire des photos. Vous inciter à vous offrir les services d’un professionnel ou les faire vous-même, mais à immortaliser tous ces petits détails. Ils s’échapperont si vite… et quelqu’un sera content de les voir un jour, c’est certain !

Cela fait maintenant trois ans que j’ai arrêté de photographier des familles et pourtant il arrive encore qu’on m’appelle pour me demander une séance. Il semble que mon nom circule encore et que quelques clients ne soient pas au courant que j’ai arrêté. Je dois avouer que j’en suis à chaque fois très touchée, mais c’est surtout la preuve de l’impact positif que ces photos ont eu sur ces familles.

Des professionnels et de l’inspiration

Alors à chaque contact, je redirige ces gens vers mes amis ou connaissances, anciens consœurs et confrères, d’ici ou ailleurs. Pour les demandes proches de Toulouse, je cite :

Et pour les demandes un peu plus loin :

Allez-y, osez les contacter, osez faire quelques photos de vous et vos proches.  Et si vous préférez les faire vous-même, parfait, le plus important est d’en avoir. Même un smartphone peut tout à fait convenir. Voyez ci-dessous une photo que j’avais réalisée lors d’un atelier pour apprendre aux mamans à faire de jolies photos juste avec un téléphone.

photo-maman-fille-portrait-smartphone

J’ai également envie de vous montrer le travail de quelques photographes ou groupements de photographes que j’aime beaucoup suivre. Vous y trouverez peut-être de l’inspiration pour vous. Ce sont des comptes Instagram :

Les mamans ne sont pas assez présentes sur les photos

Je voudrais aborder un sujet qui a fait l’objet d’un article publié sur France Inter le 12 janvier 2022 mais qui était déjà d’actualité lorsque j’étais photographe : la place des mamans dans les albums photos de famille. Pour résumer, elles y sont plutôt absentes ! Beaucoup prennent des photos de leurs enfants, sous tous les angles, tout le temps, et aussi des photos du papa, mais elles-mêmes apparaissent nettement moins fréquemment.

photo-famille-trois-generations

Déjà à l’époque je disais aux mamans d’être juste là, présentes, parce que les enfants se moquent des détails, ils veulent juste leur maman qu’ils aiment. Quand il aura 83 ans, votre fils chérira une photo de lui avec vous. Non pas parce que vous sortiez de chez le coiffeur ou que vous aviez perdu vos derniers kilos de grossesse, mais pour les liens et les sentiments qui vous unissaient…

Bref, faites en sorte que vos enfants aient un patrimoine photographique à préserver, ce sera tellement précieux dans 50, 100 ou même 200 ans pour d’autres descendants.

photo-souvenir-maman-fils

La photo et la généalogie comme thérapie

Il y a un autre point commun à ces deux activités que j’ai pratiqué de manière professionnelle, c’est qu’elles m’ont été et me sont encore très « utiles » dans ma vie. Mon histoire familiale a ses particularités, comme tout le monde finalement, et je les appréhende mieux en remontant dans le passé de mes ancêtres.

Avant, j’explorais en image les rapports familiaux, les liens parents-enfants, les dynamiques des fratries… Aujourd’hui, mes clients me confient leur histoire. De leur petit problème d’entente avec un cousin éloigné à un secret de famille, en passant par « je ne sais rien », je rencontre de nombreux cas de figure.

Je réalise combien les familles sont uniques et finalement toutes les mêmes dans leur complexité et leur histoire. C’est une belle richesse pour moi que d’en être témoin et cette aventure généalogique qui ne fait que commencer me fera, j’en suis sûre, autant grandir que mon aventure photographique.

photo-portrait-garcon-boude

Et je termine cet article avec un portrait d’Arthur pris en 2017. Non il ne voulait pas, non il ne souri pas. Mais c’était lui, à ce moment, ce jour là, naturellement. Promis, on n’est pas obligé de faire sourire un enfant pour adorer son portrait. Vous imaginez ses petits-enfants en voyant cette photo ? L’un dira : « Haha papi, t’étais pas content là ! » et l’autre ajoutera : « Et ça n’a pas changé d’ailleurs, tu fais toujours cette tête quand t’es pas content ! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.